6. textile 2.png

Case File

The slippery case of Palm Oil

Shining the light on the controversial palm oil industry, should we boycott it ?

Partie 3: Redessiner l'avenir de la mode

Understand | Environment | Agriculture

Reading time: 7 minutes

Text and research by Anne-Marie Asselin

Published December 2018

Changement de saison rime avec nouvelles collections de vêtements et magasinage. C’est une bonne occasion pour jaser de l’impact de la mode, surtout avec la saison plus fraîche qui s’installe et le changement vestimentaire qui s’impose. Les vêtements ont une incidence majeure sur l’environnement et on l’oublie souvent. Voici un dossier vulgarisé dans le but de vous aiguiller et vous aider à mieux comprendre l’impact de nos garde-robes sur les cours d’eau et l’océan, mais surtout, comment intégrer de meilleures habitudes au quotidien.

In video

Understand the controversy around palm oil in brief.

Canada | 2018 | 3 min 07 
Language : ENG | Sub-titles : FR​

Production: The Blue Organization

Photography : Guillaume Shea Blais

« Oil palm is one of the world’s most rapidly increasing crops and is a major contributor to tropical deforestation worldwide. »

 

 

Forests, soil, oceans, and the atmosphere store important amounts of carbon. Carbon-based compounds reside in all living organisms as a result of expanding organic matter. Thus, forests worldwide are considered the largest stores of carbon, an element housed within plants, animals, roots, and soil.


Imagine a pristine forest, innately varied and rich. Tropical forests are one of the most diverse natural systems on the planet. They hold large amounts of carbon in their living organisms. Furthermore, humans around the globe rely on this ecosystem for their livelihoods.

When a forest is cleared, the carbon housed in its organic matter vanishes, destroying a once complex interconnected system. This is known as deforestation or clear cutting.The clearing of natural forests occurs daily, worldwide.

 

How do we physically clear a forest?

 

Most natural tropical forests are currently cleared by man by setting forest fires, a method called slash-and-burn. In setting fire to significant portions of forest cover,  the heat slowly consumes all living things into ashes from large and small trees, animals, insects, fungus, peat soil ... absolutely everything. As a result, the process of burning releases smoke, carbon dioxide and other greenhouse gases (GHGs) into the atmosphere, contributing greatly to global warming. As consequential segments of natural green land are consumed by flames to make room for new cultivable lands, vast quantities of carbon are released into the atmosphere, warming the planet even further. The clearing of forests through slash-and-burn technique is currently occurring daily.  

 

Agriculture has been one of the major drivers for the clearing of intact forests across the globe. Forests are primarily composed of photosynthetic organisms, such as plants and trees. Photosynthetic matter is crucial to the air we breathe. Contrary to our metabolism, plants and trees absorb Carbon dioxide within the atmosphere and emit oxygen as a metabolized product. Preserving forests is vital to our existence because in keeping carbon stores intact, we ensure the constant flow of oxygen into the atmosphere, that is to say, the air we breathe! They truly are the lungs of the earth.

 

Fil_02.png
5. depotoir 1.png

«  

Chaque seconde,

l'équivalent d'un camion

à ordures chargé de vêtements est brûlé ou enfoui dans un site d’enfouissement 

»  


- Fondation Ellen MacArthur

Mais qu’en est-il de cette transition? Par où commencer en tant que détaillant ou producteur textile? Quelles sont les solutions pour les consommateurs? Et le gouvernement? Ce nouveau système est en pleine évolution, et le Québec se trouve aux premières loges. Ayant été longtemps le plus important secteur d’activité manufacturière du Québec, l’industrie québécoise de l’habillement poursuit sa délocalisation vers les pays d’Asie et laisse désormais la place aux textiles techniques, selon Recyc-Québec (2018). Les entreprises manufacturières de textile au Québec sont encore présentes dans des activités telles que : les fibres, les fils, le tissage, les non-tissés, les tricots, la finition et le revêtement. L’industrie québécoise du textile représente plus de 12 000 emplois répartis dans plus de 600 entreprises, toujours selon cette même source.

Recourir à l’écoconception: l’histoire de deux québécoises tissées serrées

 

Contrer la pollution dans l’océan grâce à de nouvelles fibres biodégradables et dépourvues de plastiques, c’est possible et deux entrepreneuses québécoises s’y sont attardées! 

L'industrie de la mode est l'une des principales responsables de l'introduction de microfibres plastique dans l’océan. Pour éviter la libération de microplastiques durant la phase d’usage et d’entretien, une nouvelle génération de fibres textiles est en train de voir le jour. Chez Moov Activewear, il est indispensable de travailler d’un bout à l’autre du cycle d’exploitation afin de faire une réelle différence, selon leur philosophie. Geneviève et Stéphanie Tremblay, toutes deux cofondatrices et sœurs, ont plutôt la «fibre des affaires»; elles sont au cœur de la transition écologique de l’industrie!

cofondatrices.jpeg

Photo de Geneviève et Stéphanie Tremblay, cofondatrices de Moov Activwear 

Dans une perspective circulaire et de transparence, de plus en plus de marques, comme Moov Activewear, ont recours à l’écoconception. Pour les sœurs Tremblay, le défi était de développer une fibre qui conserve toutes les particularités et les avantages d’une fibre synthétique, mais avec une composition aussi près de la nature que possible. 

« Nous avons conçu un tissu biodégradable à 80% pour nos leggings qui garderont les mêmes standards de qualité que des produits synthétiques soit: le gainage, la versatilité, la « respirabilité », le confort, la tenue en place et la durabilité», nous explique Geneviève et Stéphanie Tremblay. 

La technologie utilisée fait partie d'une nouvelle génération de fils durables. C’est par un procédé chimique complexe, mais non dommageable pour la nature que la fibre synthétique de nylon se voit modifiée pour la rendre biodégradable sans perdre ses qualités initiales. Le Bio-MoovflexTM, nom donné à la fibre, ne libère aucune microparticule de plastique lors du lavage, évitant ainsi la libération de microfibres dans le rejet des eaux.

du lavage, évitant ainsi la libération de microfibres dans le rejet des eaux.

De plus, leur tissu tout aussi performant qu’un spandex standard possède la capacité de se décomposer au bout de 4 années dans les conditions anaérobiques des sites d’enfouissement, plutôt que 400 ans (comme la plupart des fibres synthétiques). Aucune chance qu’il se décompose sur vous! Selon ses fondatrices, le futur de l’industrie du textile et de la mode réside dans l’innovation et le savoir-faire, afin d’avoir un réel impact positif sur l’environnement et l’économie locale.

biomoovflex.jpeg

Qu'est-ce que l'écoconception?

L’écoconception est un terme désignant la volonté de concevoir des produits respectant les principes du développement durable et de l'environnement, recourant « aussi peu que possible aux ressources non renouvelables, en préférant l'utilisation de ressources renouvelables, exploitées en respectant leur taux de renouvellement et associées à une valorisation des déchets qui favorise le réemploi, la réparation et le recyclage », selon l'Agence de la transition écologique française

La réduction à la source: l’histoire des filtres pour les machines à laver à ces premiers balbutiements

 

Saviez-vous qu’à partir de janvier 2025, toutes les nouvelles machines à laver en France devront être équipées d'un filtre pour empêcher les vêtements synthétiques de polluer les cours d'eau? La France devient ainsi le premier pays au monde à prendre des mesures législatives pour lutter contre la pollution par les microfibres plastiques; une première mondiale à adopter une loi aussi unique. « Dans 5 ans, la France évitera le déversement de 500 tonnes de microfibres dans les eaux usées et dans l’environnement » , déclare Mojca Zupan, directrice générale de PlanetCare, le filtre qui sera commercialisé chez nos voisins français.

 

Au Canada, installer des filtres conçus pour les machines à laver dans la plupart des ménages canadiens est une option envisageable. Ceux-ci permettent d’emprisonner au moins 87% des microfibres relâchées lors des lavages à la maison, ce qui s'avère très efficace, (Grame.org, 2020).

 

 «

Des filtres conçus pour

les machines à laver permettent d’emprisonner au moins

87 % des microfibres relâchées

lors des lavages.

»

En collaboration avec l’organisme le Grame, les ambassadeurs Pour un fleuve plus propre participent présentement à un projet pilote unique au Québec, permettant d'évaluer le potentiel d'une telle mesure sanitaire dans la province.

 

Grâce à ce projet de science citoyenne, il sera possible de créer et partager des connaissances collectivement. Ce sont présentement 30 ambassadeurs, dont nous-mêmes, qui testent le filtre domestique. Tous et toutes se sont engagés à collecter les microfibres retenues pendant 6 mois et partager leurs expériences. Une analyse révélatrice, puisque la quantité de matières collectées par ces filtres est impressionnante.

 

Ces données servent à évaluer l'efficacité des filtres et estimer la quantité de microplastiques détournée des cours d’eau. Cette initiative aidera à préparer le Québec à une adoption systématique de filtres à microfibres dans les domiciles, un peu comme en France. Lutter la pollution grâce à une meilleure législation peut s’avérer ici une bonne option. En amenant les détaillants de machines à laver, en plus des québécois et québécoises à adopter les filtres, cette mesure pourrait permettre une réelle réduction à la source des microplastiques dans le Saint-Laurent et l’océan.

Fil_01.png
concours-tirage-10-filtres-a-microfibres-1-500x419.png

Image d'un filtre à machine à laver, pour récolter les microfibres à chaque lavage, Grame.org

Some argue that mature palm oil plantations are in essence preventing the problem by achieving photosynthesis, since palm trees are plants. They also reflect light more thoroughly because they are composed of tight rows of large trees, in comparison to alternative crops. Many believe a palm oil plantation is in fact a photosynthetic forest itself. It is partly true that a palm plantation is green, provides oxygen and purifies the air. However, deforestation accounts for 12% of global emissions and contributes significantly to GHGs emissions, making the industry the third greatest global contributor to climate change. Before a palm plantation becomes mature, five years of heat accumulating in open soil need to be accounted for, without mentioning these crops are a lot less biodiverse compared to their natural rivals.

The continuous expansion of agriculture is currently the greatest threat to biodiversity
(Tilman et al. 2001)

Oil palm is the primary motive for the clearance of intact forests to this day, around the tropical belt, worldwide. Palm oil Elaeis guineensis is grown across more than 13.5 million ha of tropical, high-rainfall, low-lying area, a zone naturally occupied by moist tropical forest, the most biologically diverse terrestrial ecosystem on Earth (Millenium Ecosystem Assessment, 2005).

What does the loss of biodiversity have to do with climate change and the economy ? And why is it so important for biodiversity to thrive?

 

« At least 40 percent of the world’s economy and 80 percent of the needs of the poor are derived from biological resources. In addition, the richer the diversity of life, the greater the opportunity for medical discoveries, economic development, and adaptive responses to such new challenges as climate change. »
- Convention on biological diversity, UN.

 

« It has further been proven that biodiversity boosts ecosystem productivity where each species, no matter how small, have an important role to play collectively for the ecosystem balance. For example, a larger number of plant species means a greater variety of crops. Greater species diversity ensures natural sustainability for all life forms. »
- globalissues.org

Fil_02.png

« Il est essentiel que nous agissions dès aujourd'hui en faveur de la circularité, même si nous ne disposons pas encore de toutes les informations nécessaires et de toutes les solutions pour créer un système de mode circulaire. Ce n'est qu'en testant et en essayant que nous trouverons les solutions. » - Morten Lehmann, Directeur de la durabilité, Global Fashion Agenda.

 

Mais une chose est sûre, ENSEMBLE, nous pouvons rendre la mode circulaire chose courante et contribuer à lutter contre le changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution. Parce que tout le monde, sans exception, doit mettre la main à la pâte!

 

Tout le monde possède le pouvoir de redessiner l’avenir. 

 

 

Ceci met fin au dossier 2021 de l’automne. Merci d’avoir lu cet ouvrage en 3 partie, et de vous y être attardé. J’espère que vous aurez appris plusieurs choses pour vous aider à faire de meilleurs choix pour votre garde-robe. 

Circulaire_01.png

Learn More

References

  1. Basiron Y. (2007). "Palm Oil production through sustainable plantations", European Journal of Lipid Science Technology 109, 289-295. 

  2. Clay, J. (2004). "World Agriculture and the Environment: A Commodity by-Commodity Guide to Impacts and Practices", Island Press.

  3. Évaluation des écosystèmes pour le millénaire (FR) (2005). "Current state and trends assessment", Washington D.C., Island Press.

  4. La convention sur la diversité biologique, "les savoirs locaux au cœur des débats internationaux", B. Roussel, (2003). Synthèse, n° 02, Institut du développement durable et des relations internationales.

  5. Fitzherbert E.B. et al. (2008). "How will oil palm expansion affect biodiversity?", Trends in Ecology and Evolution 23:10, 538-545.

  6. Thomas, C.D. et al. (2004). "Extinction risk from climate change"Nature 427, 145–148.

  7. Tilman, D. et al. (2001). "Forecasting agriculturally driven global environmental change"Science 292, 281–284.

  8. Essington T.E., Sanchirico J.N., Baskett M.L. (2018). "Value of ecosystem-based management", Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAs), 115 (7) 1658-1663.

  1. Fondation Ellen MacArthur (2017). A New Textiles Economy : Redesigning fashion’s future 2

  2. Gouvernement du Québec (2015). S’informer/textiles — Présentation de l’industrie, ministère de l’Économie, Science et Innovation.

  3. ADEME (2011), Étude d'opportunités sur l’écoconception de produits (biens et services), les modèles d’affaires et l’écologie industrielle, étude réalisée pour le compte de l’ADEME par I Care Environnement, ENEA Consulting.

  4. 17 Sustainable Brands (2017). Trending : Flyleather, ACR Advance Circular Textiles ; But Is True Circularity a ‘Fantasy’ ?

  5. Article sur la nouvelle loi en France (2020). https://www.plasticethics.com/accueil/2020/4/10/la-france-mene-la-lutte-contre-les-microfibres-plastiques

  6. Produits de textiles et d'habillement (2018). https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/sites/default/files/documents/Fiche-info-textile.pdf

  7. Global Fashion Agenda report (2018). https://www.globalfashionagenda.com/

  8. Fashion revolution, White paper (2015). https://www.fashionrevolution.org/wpcontent/uploads/2015/11/FashRev_Whitepaper_Dec2015_screen.pdf